Accueil - Home 77 Squadron William A Foote - DFC Handley Page Halifax Vidéos Région - Region Livre d'or - Guestbook Mise à Jour - Update Liens - Links Livret - Booklet Modave - Belgium
Flag Counter
JD 371 KN-O A. Brannigan R. Rodgers J.S. Silver A. Templeton P.R. Humphries A.W. Beard W.F Catley W. Palmer J.W. Baxter Mission Nuremberg Missions JD371 Crash site Témoignages Testimonies Heverlee Commemoration 2013 JD 368 ZA-A G. Warren Commemoration Palmer Pertes/losses 28/08/43 77 Squad. 28/08/43 Presse/Press Presse/Press 1 Comète Modave - Belgium
La chute d’un bombardier HALIFAX Mk V du 428 Sqn de la R.C.A.F. sur le territoire des anciennes communes de Hulsonniaux et Mesnil-St-Blaise le 14 juillet 1943 Mardi 13 juillet 1943, 23h15 - aérodrome de Middleton St George - comté de Durham - au nord de York.  Base du 428e Squadron du 6e groupe de la RCAF. Disséminés dans les recoins du terrain, 12 Halifax V quittent leur emplacement de parcage (dispersal)  selon un tempo rigoureux et gagnent la piste de roulement. Tous à la queue leu leu, dans un ordre  prédéfini, ils se dirigent ensuite vers l’extrémité de la piste d’envol. Un à un, dans le tonnerre de leurs  quatre moteurs Merlin, les 12 bombardiers s’arrachent péniblement du tarmac et disparaissent dans l’obscurité de cette  belle nuit d’été. Aux commandes du DK 228, codé NA-D, D comme Dog, le capitaine William Weeks ; derrière lui, le  sergent Stephen Zayets, mécanicien de bord ; à ses pieds, l’adjudant James Goodfellow, radio ; devant la carte déployée, le lieutenant Ernest Robertson ; dans le nez de l’avion, le lieutenant Walter Steward, navigateur et bombardier ; mitrailleur de la tourelle de queue, le lieutenant Harold Ward ; enfin, la mitrailleuse dorsale est aux mains du plus jeune membre de  l’équipage, le sergent A. Douglas Dawson, 19 ans ; c’est le seul Britannique, les autres sont Canadiens. Les 12 appareils se dirigent vers le lieu de rendez-vous afin de s’intégrer à la formation constituée par les autres bombardiers participant au  raid. Ils sont plus de 350. Cette nuit, la cible est Aix-la-Chapelle (Aachen) qu’ils atteignent vers 2 heures du matin. Le lieutenant Steward, la tête  sur le viseur, dirige l’Halifax vers l’objectif. « Bomb’s gone » crie-t-il enfin tout en pressant le bouton qui libère les quatre tonnes de bombes. Il  est environ 2h15. L’avion met ensuite le cap sur Durbuy, lieu où doit s’opérer un nouveau changement de route qui devait ramener les avions  au-dessus de Cayeu-sur-Mer, près de l’embouchure de la Somme, avant de remonter sur l’Angleterre.  La chasse allemande, toujours à l’affût, détruira deux bombardiers au-dessus d’Aachen et dix autres s’écrasèrent sur le chemin du retour. C’est à une centaine de kilomètres de Aachen, à 6.000 mètres d’altitude, probablement au-dessus d’une région comprise entre Leignon et  Chevetogne, que l’Halifax NA-D fut repéré et attaqué par le major W. Herget, basé à Florennes. Il amena son Messerschmitt Bf 110-G derrière le bombardier et visa entre deux moteurs. Les réservoirs de carburant logés dans l’aile à cet endroit furent atteints par la rafale, provoquant  l’embrasement du quadrimoteur. A Hulsonniaux et à Mesnil-St-Blaise, des témoins assistèrent aux derniers kilomètres parcourus par cette boule  de feu avant qu’elle ne se désintègre au-dessus de la ferme de la Rouge-Croix. Une aile se détacha de la carlingue et parcouru encore 1.500  mètres en virevoltant, tandis que la plus grosse partie de l’avion tomba comme une pierre à quelques centaines de mètres de cette ferme, ne  laissant aucune chance à l’équipage. L’armée allemande arriva ensuite sur les lieux pour en interdire l’accès et emporter l’épave dans les jours  qui suivirent. Elle se chargea également d’inhumer les victimes au cimetière communal de Florennes.   Il est 2h40 ce 14 juillet 1943 et tout est fini … Ce raid sur Aix-la-Chapelle fut fatal à 20 bombardiers, soit 5,3% de pertes : 15 Halifax, dont 3 du  428e Sqn, 2 Lancaster, 1 Stirling et 2 Wellington, dont un fut abattu à Gochenée cinq minutes avant le DK 228 par le même major Wilhelm  Herget. Basé à Florennes depuis la mise en service de l’aérodrome au printemps 1943, le 1er groupe de la 4e escadre de chasse de nuit (I/NJG 4) était  commandé par cet officier. C’était sa 27e « victoire » de nuit et la 41e au total. A la fin de la guerre, il aura à son palmarès 72 avions abattus.                                                                                                                        Jean-Pierre Mertens
Emission Histoire en poche, Ma Télé. Le crash de l’ Halifax à Hulsonniaux
© Halifax JD371 KN-O Modave Group UK Crown Copyright
Flag Counter